David Torondel / Portfolio | Construction d’une terrasse en bois – Etape 2
20380
post-template-default,single,single-post,postid-20380,single-format-standard,ajax_updown,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-4.2.3,vc_responsive

Construction d’une terrasse en bois – Etape 2

Comme prévu j’ai attaqué la pose des lames de terrasse. Ci-dessous quelques photos des étapes de l’avancement. Il m’aura fallu une journée pour poser les 2/3, et ensuite 4h pour finir.

 

C’est certainement faisable en une journée, pour quelqu’un qui a l’habitude. Et un dos et des jambes de jeune homme.
J’ai du mal à voir comment il serait possible de travailler à 2, vu que tout est très progressif, mais en s’organisant bien, peut-être…

 

t01 t02 t03 t05

t07

Histoire que ces articles puissent servir à d’autres « bricoleurs du dimanche » qui vont se lancer à faire une terrasse, quelques « trucs » qui me semblent utiles :

 

– J’ai testé plusieurs types de vis, clairement les vis « spécial terrasse » sont vraiment avantageuses, comparés aux vis classiques. Elles permettent de se passer de faire un avant trou, et de fraiser, ce qui est un gros gain de temps. Par contre elles rentrent tellement facilement dans les lames qu’il faut vraiment y aller doucement à la fin, sinon on passe à travers. Ne pas hésiter à se faire la main sur des chutes avant de commencer…

 

– Sur les vidéos que j’avais trouvé sur le net, généralement ils coupent les lames avec une scie à main. J’ai testé, c’est long, parce que ca implique de poser la lame pour faire le repère, puis la poser sur l’établi pour couper, puis retourner la remettre en place. Dur pour le dos… Du coup j’ai opté pour une découpe à la scie sauteuse, qui à l’avantage de pouvoir se faire quasiment sur place, en décalant juste la lame de terrasse de quelques cm sur la lambourde, découpe puis remise en place. Gain de temps et de mouvements, mais la découpe est moins précise, ou alors ma scie sauteuse n’est pas assez performante… Quand il y a des noeuds par exemple, la découpe est un peu déviée, ce qui créé des raccords pas très beau. A priori l’idéal serait de couper les bouts de lames avec une scie circulaire et un guide de découpe, pour s’assurer de la perpendicularité, et du coup avoir de beaux raccords. Ci-dessous une photo de ce que donne un raccord réussi (à gauche) et un moins bien (à droite). Honnêtement ça ne choque pas beaucoup visuellement sur l’ensemble, mais si on veut être perfectionniste, ça vaut le coup de tester différentes méthodes de découpes.

 

t09

 

– Les plans que j’ai fait à l’échelle au début m’ont vraiment été utile, notamment pour le calcul du nombre de lames nécessaires. Travailler les plans à l’échelle m’a permit d’optimiser les découpes, le calage des lambourdes, de telle sorte à avoir un minimum de pertes de bois. J’ai pu calculer de telle sorte que les 3/4 de mes chutes vont pouvoir être réutilisées pour la réalisation des coffres et bancs.

 

– Avant de commencer, bien faire tout le tour de la zone, et anticiper tous les décrochés, irrégularités, etc. J’ai perdu presque 2 heures à cause du renfoncement de la porte que j’avais oublié, et pour lequel j’ai du improviser un raccord de lambourdes chevillées dans le béton…

t06

 

– Concernant l’espace entre les lames, j’ai utilisé à chaque fois des cales de 3mm, mais comme les lames ne sont pas toutes parfaitement rectilignes, c’est parfois un peu juste, idem le long des murs. A priori il aurait fallu plutôt partir sur 5 ou 6mm, voir un peu plus le long des murs.

 

L’ensemble aura couté 1200 euros environ en matériaux/outils. Nous avions fait faire des devis de réalisation complète, qui tournaient entre 3500 et 4000 euros. Donc une grosse économie quand même ! Mais je précise qu’au final le résultat est « correct », mais ça n’est pas du travail d’orfèvre. Largement suffisant pour nous, mais le travail d’un artisan aurait été largement plus soigné. Le but des ces articles n’est évidement pas de dire que les devis d’artisans ne sont pas justifiés, c’est exactement comme quand on fait travailler un graphiste, le temps passé et l’expérience ont un prix.

 

Ci-dessous un montage de la terrasse avant/après !

avant-apres

Prochaines étapes : réaliser le banc/abri bois, le banc coffre, puis la peinture des bordures, décoration et aménagement…

5 Commentaires

  • Chambre d'hotes Tarn

    22.04.2015 at 13:17 Répondre

    Sympa le résultat final même si on peut toujours faire mieux 😉

  • David

    22.04.2015 at 14:08 Répondre

    Merci pour le commentaire ! Au passage je viens d’aller voir du coup votre site, vraiment intéressant ! Je trouve chouette de partager ainsi tout le process de création de votre projet.

  • Fred Aubailly

    22.04.2015 at 21:29 Répondre

    Bien joué !!!

    Pour le coup de la scie sauteuse (si on passe outre le fait qu’une scie sauteuse n’est pas prévue à la base pour faire des coupes droites. C’est effectivement le rôle de la scie circulaire) je pense que l’erreur classique que tu as fait, c’est de trop pousser sur la machine. Une scie sauteuse doit avancer toute seule sans qu’on la pousse. La main sert juste à la guider. Si on appuie pour la faire avancer plus vite, on force sur la lame qui se tord et qui dévie.
    La prochaine fois, essaie de la laisser avancer à son rythme. Tu verras que ça ira mieux.

    • David

      22.04.2015 at 09:22 Répondre

      Pourtant je connais le « truc » de ne pas forcer sur la scie… mais en même temps, j’étais parfois un peu obligé de le faire… j’ai pourtant utilisé des lames spéciales pour couper le bois de terrasse. Bon, après sans doute qu’arrivé à la 50eme découpe j’ai un peu laché l’affaire… 🙂

  • Chambre d'hotes Tarn

    22.04.2015 at 00:11 Répondre

    Merci pour ta visite, j’essaie juste de partager en toute humilité mon expérience, mes galères…. et comme je dois faire moi aussi une terrasse, c’est toujours enrichissant de lire ce qu’ont fait les autres. .)

Poster un commentaire